Sortie poche de Chambois II - Les américains

Aller en bas

Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par Boyington le Lun 11 Juin - 19:47

Samedi 9 juin 2018, je suis retourné à Chambois à l'occasion d'une visite sur le terrain ayant pour thème les américains.

C'était l'occasion rêvée d'en apprendre plus sur les combats dans la poche, mais également d'y faire moult photographies pour mieux comprendre.

Je vais éditer ce sujet au fur et à mesure que je vais y introduire des photos.

Escapade en solitaire :

Arrivé vers 11h15 du matin, j'avais un peu de temps devant moi et connaissant mieux les lieux désormais j'ai pu me balader et me rendre sur certains lieux emblématiques des combats.



En premier lieu je suis retourné voir le Calvaire dont la photographie au moment des combats a fait le tour du monde parce qu'il tenait encore debout par on ne sait quel miracle. Il est situé tout près du mémorial de Montormel sur la route menant de Chambois à Vimoutiers, le dernier grand axe de fuite des unités allemandes qui a été coupé par les polonais le 19/08/1944 vers 12h.



De cet endroit on voit parfaitement le mémorial et Maczuga ainsi que les pentes menant à la cote 262.







J'ai ensuite fait le chemin pris par les unités allemandes à contresens en descendant donc la D16 vers Chambois. On parcourt une zone boisée ponctuée de lacets. A cet endroit on a une élévation sur la gauche côté 262 sud et sur la droite la pente est assez raide de sorte qu'un convoi ciblé par un tir sur cet axe était nécessairement bloqué.

Chambois :



A l'approche de Chambois 6 km plus loin la pente s'adoucit mais se poursuit juste vers Fel avant de remonter ensuite vers Bourg St Léonard et la cote 140.

Je ne suis pas allé si loin et arrivé au carrefour du donjon de Chambois j'ai pris à droite en direction de St Lambert sur Dives et de Trun pour m'engager à droite dans les petits chemins direction...la cote 113.

Les photographies parlent mieux que je ne saurais dire. On est alors sur des petits chemins de terre bordés de hautes haies qui séparent les champs montant en pente douce vers Maczuga. Cet endroit vous le connaissez sous le nom de couloir de la mort. C'est une bande de 3 km de large vers le sur qui remonte des rives de la Dives entre Chambois et St Lambert vers la cote 262.









Techniquement il y avait 3 endroits où les armées allemandes en fuite pouvait traverser la Dives qui n'est pas une grande rivière mais dont la profondeur peut être parfois piégeuse :

- Les ponts de St Lambert sur Dives lieu des combats entre allemands et les canadiens du major Curie.

- Le pont entre Chambois et Fel.

- Le gué de Moissy situé à mi chemin entre les deux précédents et faisant face à la cote 262 et au couloir de la mort au sud de la route Chambois - St Lambert.

La cote 113 est en plein milieu du couloir de la mort, c'est une petite butte qui domine le cours de la Dives facilement repérable à la longue ligne d'arbres qui le parcourt.

J'en ai profité pour faire une halte au tout proche cimetière de Chambois qui se trouve au pied de la cote 113 un peu guidé par mon instinct et bien m'en a pris comme vous le verrez plus tard. On y trouve moult tombes d'anciens combattants et une sépulture de polonais.

Pour en revenir à la cote 113, c'était le point tenu par le 10e PSK, l'unité de reconnaissance de la 1er DB polonaise. J'expliquerai plus loin comment les polonais en sont arrivés la.

La cote 262 nord - Maczuga :

Retour ensuite par le même chemin au Montormel, et la même en voiture ca grimpe un peu alors j'imagine pour un convoi hippomobile.









Je prends quelques photos du mémorial, et rends hommage à la statue du général Maczek avant de revenir par mon chemin d'arrivée avant de bifurquer à gauche vers le long de la ligne de crète de Maczuga.











La je tombe par hasard mais il fait bien les choses, sur la stèle dédiée aux combattants polonais. Elle est au bord d'une route descendant vers Coudehard sur la gauche. Derrière s'étant un champ de blés qu'on voit dans les reportages et qui borde les pentes du Montormel.







C'est un lieu d'importance, la où étaient positionnés les chars polonais et en particuliers les fameux 5 chars détruits lors de la contre-attaque du corps SS le 20 aout par un char tigre.

Edouard Podyma décrit ce moment dans une vidéo que j'ai vu au mémorial. Dans ces moments la dit il on ne cherche par à savoir d'où viennent les tirs, tout ce qui compte c'est de trouver un endroit où se cacher pour survivre.

Bien lui en a pris puisqu'il était le pilote du char de l'observateur d'artillerie de la division, le capitaine Sevigny.

Poursuivant sur ma route, je découvre enfin l'endroit que je recherchais et dont le nom vous parle forcément : le manoir de Boisjos. C'est une grande batisse médiévale composée de plusieurs corps de batiments située à mi pente. Ce lieu a fait l'objet d'apres combats car c'était un point d'ancrage sur la pente. Finalement tenu par les polonais qui y ont gardé de nombreux prisonniers, c'était également un hopital de campagne, un lieu d'accueil pour tous les blessés également. En poursuivant vers Coudehard, on rejoint par la gauche une route très étroite et pentue menant au mémorial par le sud.





Au passage, Boisjos c'est de la que provient la photo où un sherman et un panther se sont détruits à bout portant.

J'en profite pour m'arrêter à l'église construite au 12e siècle d'où on a une vue excellente sur la plaine de la Dives.

Le mémorial :

Retour ensuite au mémorial car l'heure tourne. J'ai juste assez de temps pour faire quelques emplètes et visiter le musée qui est assez petit mais comporte nombre de reliques des combats.

On peut également y regarder un premier film dans une salle avec vue panoramique (non pas toi O druide) sur le champ de bataille. Au centre de la salle une carte en relief entourée d'écrans. Durant les explications la salle est dans l'obscurité et un système projete les positions des unités et l'évolution des combats sur la carte. Cela permet de mieux visualiser donc de comprendre.

Petite visite du musée ensuite et nouvelle projection très intéressante avec des interviews d'Hubert Meyer et d'un vétéran polonais (Brzokowski).

Hubert Meyer :



On apprend que 11 chars polonais auraient été détruits sur Maczuga. Je vais devoir creuser la question.







La sortie sur le terrain :

14h30.

Oublié le beau temps, il fait désormais lourd et orageux, comme souvent lors de la sortie sur les américains commente Stéphane Jonot, le directeur du mémorial de Montormel qui sera notre guide.

Il nous présente brièvement les combats de la poche et nous livre déjà quelques anecdotes, tout en nous prévenant qu'aujourd'hui on ne parle que des américains. Sachant que ce sont ses chouchous je parviendrai tout de même à lui soutirer quelques infos à la fin de notre périple.

Après les combats, les jours de vents, l'odeur des cadavres pouvait se sentir 40 km à la ronde.

Selon Stéphane Jonot le canon de 75 des chars américains serait en fait celui fabriqué par les français dont la licence a été rachetée après la guerre de 14.

La ligne des combats sur Maczuga n'était pas fixe et évoluait sans cesse au gré des assauts plus ou moins couronnés de succès.

Les français :

Petit apparté sur les français du groupe Langlade.

S. Jonot nous explique que la situation était très compliquée pour le colonel Langlade et le général Leclerc. D'un côté la 2e DB était placée sous commandement américain.
Elle était positionnée à l'aile extrême droite du corps américain de Patton.

D'un côté les ordres américains étaient de s'emparer du carrefour de la Fresnaye qui si j'ai bien compris est situé à l'est de Chambois sur la route menant à Gacé.

De l'autre les ordres officieux de De Gaulle à Leclerc qui étaient d'engager le moins de troupes possibles d'où l'emploi du seul groupe Langlade au lieu de 2 groupes avec un en réserve afin de préparer la libération de la capitale.

Langlade avait donc pour instructions de ne pas subir de pertes, de ne pas dépenser de munitions ni de carburant et encore moins de perdre des chars, d'où le retrait des troupes françaises lors du barrage d'artillerie allemand lorsque les américains s'approchaient de Chambois.

Tactique intéressante concernant l'emploi des chars et propre aux français semble-t-il : se déplacer très rapidement puis s'arrêter brusquement. Attendre l'arrivée du nuage de poussière pour ensuite se déplacer à nouveau rapidement sous couvert de celui-ci.

A ma demande petites précisions également :

Population de saint Lambert sur Dives : 170 + probablement 900 réfugiés.
Population de Chambois hors réfugiés : 1000.

Bourg Saint Léonard :

Notre petite groupe prend alors la route pour se rendre à Bourg St Léonard et s'arrête sur le rond point central de la commune à 6 km de Chambois environ.



Les explications qui suivent sont assez techniques pour le coup mais nous avons le privilège d'être rejoint par 2 personnes :

Mr Pivert dont les parents ont connu les combats de la poche qu'il connait comme la sienne et qui a une cartographie des lieux.



Et surtout nous rejoint monsieur Daley qui avait 11 ans en 1944 et vivait à Bourg Saint Léonard.



Bourg St Léonard était situé en bordure de la forêt de Gouffern qui va jusqu'à Argentan. d'est en ouest. Comme je l'avais expliqué dans mon compte rendu précédent, c'est un lieu très important pour le repli allemand qui permet aux unités de se replier à l'abri du harcèlement aérien. On y trouve également des infrastructures telles que des réservoirs d'eau, de carburant ainsi que des boulangeries travaillant 24h / 24.

La ville est en hauteur et de la on contrôle donc la plaine entre la forêt de Gouffern au sud et les hauteurs de Chambois avec la cote 262 au nord.

Nicolas Fank le malgré nous témoigne être passé dans la forêt de Gouffern avec son panther.

Ici donc, c'est la 90e division d'infanterie qui a oeuvré. Elle a débarqué à Utah beach le 6 juin. Il s'agit d'une unité peu expérimentée rattachée au corps d'armée de Patton.

Elle est composée des 357, 358 et 359e régiments d'infanterie.

A Bourg St Léonard se trouvait seul le 1er bataillon du 359e d'infanterie.

Il était composé des compagnie A (Bourg st Léonard), B (Réserve) et C (Exmes).

Précision très intéressante, S. Jonot nous indique que le secteur de ligne de front dévolu à une compagnie est en principe de 700 m. A Bourg St Léonard la compagnie A doit contrôler un front de 5 km. Connaissant l'effectif d'une compagnie nous en déduisons qu'il n'y a presque personne.

Les officiers de l'unité sont le major Pond et le colonel Bacon.

Dimanche 13/08/1944 :

A cette date, les allemands sont en plein repli. Les américains respectent leurs ordres qui sont de ne pas dépasser la ligne Argentan - Paris.

Un Puma d'une unité de reconnaissance de la 119e panzer est signalé dans le centre ville.

Des chars de la 5e DB américaine arrivent à la grande surprise de la population par le sud suite au mouvement d'enveloppement de l'armée allemande.

La population craint qu'il ne s'agisse d'allemands déguisés dans un premier temps.

A cette période, l'aviation est encore active dans le secteur. Les américains ont l'air peu expérimentés et ils semblent craindre leurs propres avions.

Au loin l'artillerie comme il est d'usage fait régulièrement des salves de 7 tirs. Nos témoins nous indiquent que l'artillerie est une véritable punition pour les nerfs et qu'on ne s'y fait jamais.

Le jour du débarquement la puissance des tirs était telle qu'on en percevait la lueur à Bourg st Léonard !

Pour les avions, le straffing est difficile en raison de la poussière dégagée par les convois de véhicules. Les témoignages de pilotes indiquent qu'il était très dur de toucher sa cible avec les lance-roquette des typhoon. Les aviateurs ont revendiqué moult victoires sur des blindés. Il a été établi par Anthony Beavor toutefois que pour atteindre le nombre de victoires revendiqué par les alliés les allemands auraient du avoir 4 divisions blindées de plus et que celles ci soient toutes détruites. La vérité est que souvent un véhicule était détruit, il prenait feu. Une fois éteint il arrivait qu'un nouvel avion le repère et l'attaque pensant l'avoir détruit...En tout état de cause les ravages étaient surtout dus aux canons de 20 mm des avions et surtout à l'effet psychologique qui brisait les nerfs des unités les plus endurcies. Quand un avion apparaissant, un homme se trouvant sur le toit du véhicule tapait de son marteau sur la carrosserie et tout le monde filait se mettre à couvert. Parfois la cible pouvait être un simple piéton.

Monsieur Daley nous raconte 2 anecdotes :

La 1er que S. Jonot "qualifie d'acte de résistance". En effet monsieur Daley qui avait repéré le comportement des allemands lorsque les avions apparaissaient s'amusait avec ses copains à faire des signes du pouce vers le ciel pour affoler les convois allemands. Et ca marchait.

L'autre anecdote concerne un groupe de civils. Parmi eux il y avait beaucoup d'ex employés de l'organisation Todt qui avaient trouvé refuge dans l'arrière pays ou ils tentaient d'obtenir du travail pour se nourrir. Lors qu'une attaque aérienne un jour, les parents d'un enfant l'abandonnent sur la route dans son landeau. C'est un nord africain employé par l'organisation qui s'est précipité sur la route pour le sauver alors que tout le monde était dans le fossé. Tout le monde a cru l'enfant mort car il portait un linge écarlate qui n'était en fait que celui utilisé pour confectionner ses langes.

Chaque jour, il y avait un code couleur apposé sur des panneaux que les alliés devaient utiliser pour permettre aux avions d'identifier les cibles amies. Les allemands avaient compris ce procédé et faisaient souvent de même. En effet la poussière que j'évoquais rendait difficile l'identification de la silhouette des cibles et perturbait les pilotes qui avaient parfois la gachette facile au point que des témoignages indiquent que parfois les alliés tiraient des rafales près de leurs propres avions pour leur faire comprendre de s'éloigner. Au besoin on n'hésitait pas à effectuer des coups au but à la mitrailleuse...

Cela fait suite à des attaques fratricides comme le 18/08 sur les canadiens du major Curie.

En tout état de cause la présence aérienne a été réduite à sa plus simple expression dans la poche à partir du 19/08.

Etrangement la Luftwaffe a réapparu à partir du 15/08 suite aux demandes insistantes des chefs de corps d'armée allemands de protéger leur repli.

Mardi 15/08/1944 :

A 13h00, les chars de la 5e DB sont relevés à Bourg st Léonard par l'arrivée de la compagnie A au nombre de 150 hommes maximum.

Ils sont appuyés par 2 sherman du 712e régiment.
2 autres shermans de cette unité vont également à Exmes.

Mercredi 16/08/1944 :

Les combats s'accentue. Un peloton est positionné de chaque côté de la route de Chambois qui revient vers la forêt de Gouffern.

La réserve est placée au carrefour de la Lune.

L'officier Dam part en reconnaissance vers la forêt à la tête du 1er peloton et tombe sur les allemands. Dam est blessé à la main. Les américains se replient vers la ville. Ce faisant Dam s'essuie le visage avec sa main blessée et apparait à ses hommes le visage couvert de sang. Cela entraine un mouvement de panique et toutes les unités américaines prennent la fuite vers le carrefour de la lune. La ville est perdue.

Appuyés par les canons de 3" du 607 régiment d'artillerie, les américains reprennent la ville aux allemands qui ont poursuivi les troupes de Dam.

Cette attaque n'était qu'un prélude.

A 17h les allemands attaquent la ville par Gouffern et surtout par le sud. Ils engagent les régiments Der Fuhrer et Deutschland de la division Das Reich.

La ville est ainsi reprise aux américains.

A 19h30 la compagnie de réserve est activée. L'attaque est déclenchée à 21h, la compagnie A par le nord et la compagnie B au sud. Une grande partie de la ville est reprise.

Monsieur Daley nous conduit ensuite devant la mairie située pas très loin dans un petit dédale de rues à une intersection E / S / O (je vous laisse compter les impacts sur les murs, la petite rue étroite est sur la droite).







A cet endroit 2 chars allemands sont détruits durant la nuit. Le 2nd Lieutenant Osram prétend les avoir détruits au bazooka. En réalité le second en panne était tracté par le premier. Les impacts sur celui ci montrent qu'il a sans doute été détruit au canon antichar. Apparement les bazooka faisaient de petits impacts circulaire sur leurs cibles.

Jeudi 17/08/1944 :

A 05h00 on signale un blindé allemand tirant en reculant vers ses lignes.

Il semble que les chars trainaient souvent une pelotte de fils téléphoniques arrachés sur le bord des routes. On en voit d'ailleurs sur le tigre à Vimoutiers.

Les allemands attaquent à nouveau, en frontal et par le sud. Le chef de la compagnie C est tué. Le général Weather vient sur place aider Pond.

Avec l'aide de 5 chars les positions allemandes sont bousculées mais la compagnie B est encerclée. A 8h les allemands se retirent.

En fin de matinée on signale 4 chars tigre mais il s'agit plutôt de Panther. Le 2e bataillon de la Das Reich présent dans le secteur était équipé de panzer IV. En revanche la 1er compagnie du 1er bataillon de la 116e panzer présent dans le secteur possédait des panther.

Alors que la compagnie B s'apprétait à contre attaquer, elle est prise sous le feu préparatoire de l'offensive allemande et décimée à découvert. Elle recule vers le carrefour de la lune accompagnée par la compagnie A qui se retrouve encerclée. Le lieutenant Fritz de la A est tué à ce moment la.

Hickman le second de Pond prend le commandement de la A et commence à rallier les troupes.

Malgré le renfort de la cie C la situation est critique. Heureusement arrivent les tank destroyer (Des M10 probablement)

La ville est finalement reprise à 23h.

Le 2e bataillon est déployé en renfort au carrefour de la lune.

C'est un tournant de la bataille car la division Das Reich (et le II panzer korp SS) reçoit alors l'ordre de se replier vers Vimoutiers alors que la compagnie A est à court de munitions pour le bonheur des américains mais pas des polonais comme le l'expliquerai après. Fort heureusement les sherman du 607e régiment sont déployés en appui.

Monsieur Daley nous raconte alors une anecdote près d'un puits situé à proximité du rond point ou nous nous trouvons. Celui ci fait 25 m de profondeur et en faisant l'imbécile avec le système de remontée du seau il s'est retrouvé entrainé par celui ci dans une chute vertigineuse qui lui a valu une simple bosse. Un membre de sa famille aidé par deux soldats allemands est parvenu à descendre le récupérer. Sous le coup de l'émotion un des soldats qui était quarantenaire aurait fait un malaise cardiaque. Les faits se sont déroulés courant juillet.

Le puits du garnement :



Stéphane Jonot nous raconte alors une partie de l'histoire de Lucien Meyer, ce malgré nous alsacien entrainé de force dans la SS. D'après lui, il y avait bien plus d'enrolés de force qu'on ne le pense dans la SS. Toujours est il que celui-ci aurait refusé malgré les menaces de représailles sur sa famille de prêter serment à Hitler comme il était de coutume et d'être intégré en tant qu'officier. Monsieur Jonot nous le décrit comme quelqu'un d'extrêmement dur de la tête. Il aurait toutefois accepté de devenir sous officier sous la pression.

Désolé pour le désordre, il faut suivre je sais, mais je vous le livre tel que S.Jonot nous l'a présenté. L'évocation d'un fait lui en rappelle un autre qui lui fait penser à une anecdote et ainsi on digresse parfois un quart d'heure durant Smile

A 08h00, l'officier Doole chef du 2e bataillon ordonne le tir de l'artillerie sur les convois allemands quittant la forêt de Gouffern pour rejoindre Chambois.

Les américains se rient des chevaux, hommes, véhicules projetés en l'air par les explosions mais un officier témoigne qu'il a voulu aller sur place se rendre compte et que ce qu'il a vu l'a dégouté de le faire à nouveau.

13h00 : barrage d'artillerie sur le point 305 qui n'est pas identifié avec précision mais il s'agirait soit du carrefour du donjon à Chambois, soit de la fourche de Fel située non loin (intersection menant à Bourg St Léonard / Chambois et Tournai sur Dives).

16h - 18h : enfin nous parlons des polonais, le lieutenant Koszutski chef du 2er régiment blindé de la 1er DB polonaise atteint la cote 259 sur le plateau surmontant la Dives par le nord avec ordre de marcher sur Chambois.

C'est la qu'on voit que l'histoire est souvent faite de hasards. L'unité est à court de munitions et de carburant. Elle ne pourra partir que vers 03h00 du matin. Progressant de nuit avec difficulté elle se perd dans le bocage. Un civil est requis comme guide et confond Chambois avec Champosoult. Le regiment monte dans le savoir au nord vers Vimoutiers au lieu de descendre au sud vers Chambois et finit par tomber sur le PC de la Das Reich qui vient de quitter Bourg Saint Léonard dans un violent accrochage dont elle sera secourue par l'aviation dans la matinée.

Dans la soirée, les américains bougent vers la cote 149 puis la cote 129 pour se rapprocher de Chambois. Ils sont à portée de tir des faubourgs de la ville et du gué de Moissy.

19/08/1944 :

Dans l'attente, le général Maczek a perdu le contact avec le 2e régiment blindé.

Il envoie le 10e PSK en reconnaissance vers Chambois. Les cromwell descendent les pentes menant à la Dives et atteignent le faubourg ouest de Chambois et s'installent tout près du cimetière sur la cote 113 qui surplombe le cours de la Dives en plein sur le lieu de passage des allemands.

En effet dans la matinée les troupes de Doole progressent.

Au nord le 1er régiment blindé de la 1er DB est dépêché vers Chambois et atteint la cote 262 à midi. Le général Maczek la surnomme Maczuga (massue) en raison de sa forme.

Les américains recoivent ensuite l'ordre d'entrer dans Chambois et cette mission est dévolue au 2e bataillon du 90e d'infanterie américain car le 1er est attaqué à cet instant sur la cote 149.

A 14h30, le 2e bataillon est prêt pour l'assaut appuyé par le 3e bataillon.

La compagnie E attaque sur l'aile gauche soutenue par des tank destroyer.

La compagnie F du capitaine Waters attaque le bas Fel par la route de Gacé soutenue par des sherman.

La compagnie F de Gaeshing est en soutien.

Pendant ce temps le 10e PSK a été constitué en groupe de combat avec le 24e lancier et le 10e dragon. Chambois est prise par le nord également.

A 19h sur la route de Gacé, Waters qui rampe pour se protéger des tirs identifie un officier polonais dirigeant ses troupes sur le carrefour du donjon. Représentant les états unis, il se relève pour aller à la rencontre de cet officier qui brave les tirs qui est le lieutenant Karcz. Le contact est réalisé entre américains et polonais et la poche de Chambois est fermée.

Il est dit qu'alors les caniveau coulaient du sang des morts et des blessés.

Le major Zgorelski commandant des dragons et Waters se répartissent la surveillance du terrain.

La compagnie G est en charge du secteur du donjon.
La compagnie E de la sortie en direction de Trun.
La compagnie F surveille le passage sur la Dives à Fel.
La compagnie L est dépêchée au cimetière ou elle sera isolée.
La compagnie K secteur Chambois - Gué de Moissy.
La compagnie I sur la cote 120.

A cet instant précis il y a 6 divisions d'infanterie et 4 divisions blindées allemandes en forêt de Gouffern.

Les allemands sont pris dans la nasse et échaffaudent leurs plans pour en sortir. Ils veulent profiter de la nuit pour s'échapper.

Le plan est le suivant :

Le corps parachutiste de Meindl attaquera 262 nord.
La 353e division d'infanterie que S.Jonot qualifie de division d'élite attaquera 262 S en passant par le gué de Moissy et sera suivie du panzer Korp.

Schimpf le commandant de la 3e division parachutiste allemande est blessé et c'est Meindl en personne qui en prend le commandement.

A St Lambert sur Dives sur la cote 118 les canadiens subissent une forte pression.

Le 20 a 07h00 les américains sont attaqués. La compagnie K est obligée de rejoindre la F et l'ouest de Fel est pris par les allemands.

3 panzer sont mis HS mais 3 autres passent en ville. Les américains se replient astucieusement et bloquent les chars dans un secteur semé d'épaves. Ils parviennent à les détruire.  La compagnie F contre attaque dans Fel.

Au même moment les polonais sur la cote 113 sont bousculés par le 84e corps allemand et la 12e SS.

Stéphane Jonot nous indique en apparté que les effectifs perdus par la HJ sont bien moindres que ceux annoncés. En effet quand Hubert Meyer parlait de ses unités et des pertes, il évoquait uniquement les unités combattantes. Toutes les unités de soutien et de logistique étaient depuis longtemps sorties de la poche.

Le major Macijewski du 10e PSK est tué par un sniper mais les polonais capturent le général Elfedt.

Les polonais sont à court de munitions et leurs armes ne sont pas compatibles avec celles des américains qui leur fournissent 180 000 cartouches de 12.7 pour les mitrailleuses.

S.Jonot me précise en outre que les chasseurs de chars polonais ne sont pas dans le secteur. Sans doute en soutien des canadiens.

Une nouvelle vague d'allemands passe en milieu de journée devant la cote 140 ou se trouvent les américains. Un allemand se précipite vers Doole et le met en joue mais le coup de feu ne part pas. L'allemand est ensuite abattu.

La pression sur les américains est telle dans l'après midi qu'un tir d'artillerie au plus près de la cote 140 est demandé pour les dégager.

La situation est bien plus calme le 21 au matin. Les derniers combats ont lieu sur le Montormel, au corps à corps.

L'Abbé Launey surgit dans un halftrack de la 2e panzer à Tournai sur Dives. Il a réussi à négocier des réditions avec l'officier Bauman de la 84e DI.

Le cimetière de Chambois :

Nous nous rendons ensuite à proximité du cimetière de Chambois alors qu'il est déjà plus de 18h.

S.Jonot nous explique comment le soldat Hawk de la compagnie E américaine a obtenu la medal of honor.

Le cimetière au loin avec la cote 113 sur la droite :



Le lieu du choc de tête contre char :



Celui ci actionnait alors 2 12.7 jumelées pour couvrir ses compagnons d'armes retranchés au cimetière en plein dans le couloir de la mort. Alors que les allemands surgissent de toutes part, ses armes s'enrayent. Il tente alors de les réparer mais en vain quand un panzer arrive. Hawk prend alors la fuite vers 262 et dans la précipitation percute un char allemand à 50 m de la dans la cour d'une maison.  

Stéphane Jonot nous explique alors qu'il arrivait que l'équipage d'un char le pose à un endroit, faisant comme s'il était abandonné ou sabordé pour mieux repartir ensuite.

Le choc du casque de Hawk sur le blindage fait un bruit d'enfer faisant sortir l'officier allemand dissimulé à l'intérieur. Par réflexe hawk dégaine son pistolet et l'abat d'une balle en pleine tête. Il écrira pourtant dans son journal qu'il espère ne pas avoir tué cet homme.

Hawk découvre ensuite des chasseurs de chars dissimulés dans un contrefort et les aide à contrer 3 chars allemands. Les pilotes ont peur de voir leur engin détruit aussi il monte sur une butte et se positionne dans l'axe des chars allemands afin d'orienter leurs tirs. Cela fini par payer. 2 sont détruits et le dernier prend la fuite.

Il est presque 19h40 a ce moment la, le moment pour Boyington de rejoindre la côte et sa douce.

Ne me reste plus qu'à cartographier tout ca pour vous aider à visualiser.
avatar
Boyington

Messages : 1575
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 49
Localisation : Calvados

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par Solosub le Lun 11 Juin - 20:57

Excellent, merci pour ce superbe récit !

_________________
"Ce qui est utile à beaucoup l'emporte sur les désirs du petit nombre"

avatar
Solosub

Messages : 1159
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 53
Localisation : Lille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par panzer82 le Lun 11 Juin - 21:01

C'est clair ' génial... de quoi lire et imaginer ... merci
avatar
panzer82

Messages : 100
Date d'inscription : 30/06/2016
Age : 47
Localisation : Caussade

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par Jean46 le Lun 11 Juin - 21:47

Super, pour toutes ces infos.
avatar
Jean46

Messages : 1359
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 58
Localisation : Escamps

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par WhiteWolf28110 le Lun 11 Juin - 21:56

+1 Avec les copains ... Merci pour ce Récit et Photos ...
avatar
WhiteWolf28110

Messages : 4005
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 56
Localisation : Voir Mon Login

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par naash le Lun 11 Juin - 22:08

+1

_________________
Mon blog : http://jardinsdepierre.blogspot.fr/
avatar
naash

Messages : 2396
Date d'inscription : 01/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par Panoramix le Lun 11 Juin - 22:19

Respect Pépé Wink

flower
avatar
Panoramix

Messages : 3150
Date d'inscription : 27/05/2016
Age : 60
Localisation : Périgord

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par WhiteWolf28110 le Lun 11 Juin - 22:27

çà fait 3 P ...
avatar
WhiteWolf28110

Messages : 4005
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 56
Localisation : Voir Mon Login

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par Boyington le Lun 11 Juin - 22:30

Ww tu insinues que quand il y a trop de P ca ne sent pas bon ?

Merci les gars Smile
avatar
Boyington

Messages : 1575
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 49
Localisation : Calvados

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par WhiteWolf28110 le Lun 11 Juin - 22:57

C'est bien connu ... çà sent la Rose, ou bien la Pastille de Menthe ... Wink bounce Wink
avatar
WhiteWolf28110

Messages : 4005
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 56
Localisation : Voir Mon Login

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par Gilles78 le Mar 12 Juin - 0:51

Super reportage Boyington. MERCI!
avatar
Gilles78

Messages : 1193
Date d'inscription : 03/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par Teteced le Mar 12 Juin - 0:57

Wahou .. excellente cette escapade et merci pour ton recit. Presque l'impression d'y être !
avatar
Teteced

Messages : 459
Date d'inscription : 24/05/2016
Age : 43
Localisation : PIPRIAC 35

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par Boyington le Mar 12 Juin - 8:17

Je suis en train de travailler sur les cartes pour aider à visualiser.

Par contre je vais faire des retouches dans le texte car à ne vouloir rien oublier c'est bourré de fautes.
avatar
Boyington

Messages : 1575
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 49
Localisation : Calvados

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par WhiteWolf28110 le Mar 12 Juin - 10:23

Pas vu ... cyclops affraid cyclops
avatar
WhiteWolf28110

Messages : 4005
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 56
Localisation : Voir Mon Login

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par Boyington le Ven 15 Juin - 19:21

Voici 3 cartes afin de mieux comprendre ce que je relatais dans mon récit.

Elles reprennent les photographies apparaissant dans mon récit. Désolé il faudra naviguer un peu mais je n'ai pas trouvé d'autre moyen.

Sur les deux premières on voit le secteur de Chambois, de Maczuga ainsi que les différents sites visités :





Sur celle-ci une vue de Bourg st Léonard :

avatar
Boyington

Messages : 1575
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 49
Localisation : Calvados

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par WhiteWolf28110 le Ven 15 Juin - 19:59

Tu remercieras Ton Drone pour ces belles vues ...
avatar
WhiteWolf28110

Messages : 4005
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 56
Localisation : Voir Mon Login

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par Boyington le Ven 15 Juin - 20:01

C'est google map et bibi pour les textes.

Par contre les cartes sont bien lisibles pour vous ?
avatar
Boyington

Messages : 1575
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 49
Localisation : Calvados

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par Raph le Ven 15 Juin - 20:16

Non la résolution est trop faible, même en ouvrant la map dans une autre fenêtre on ne distingue pas les écritures.
avatar
Raph

Messages : 1989
Date d'inscription : 11/10/2017
Age : 40
Localisation : LYON

Voir le profil de l'utilisateur http://boltactionlyon.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par Boyington le Ven 15 Juin - 20:24

C'est bien ce que je craignais, comment est ce que je peux arranger ca ?
avatar
Boyington

Messages : 1575
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 49
Localisation : Calvados

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par Raph le Ven 15 Juin - 20:49

Tu les as chargées avec l'outil serving ? quelle résolution tu as mis ???
avatar
Raph

Messages : 1989
Date d'inscription : 11/10/2017
Age : 40
Localisation : LYON

Voir le profil de l'utilisateur http://boltactionlyon.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par Boyington le Ven 15 Juin - 20:52

J'ai mis 800 en résolution, j'essaie avec celle au dessus.





avatar
Boyington

Messages : 1575
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 49
Localisation : Calvados

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par Raph le Ven 15 Juin - 21:14

beaucoup mieux
avatar
Raph

Messages : 1989
Date d'inscription : 11/10/2017
Age : 40
Localisation : LYON

Voir le profil de l'utilisateur http://boltactionlyon.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par WhiteWolf28110 le Ven 15 Juin - 23:03

+1
avatar
WhiteWolf28110

Messages : 4005
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 56
Localisation : Voir Mon Login

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie poche de Chambois II - Les américains

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum